Aires protégées

Mis à jour le 12/04/2023
Qu’est-ce que la Stratégie Nationale « Aires protégées 2030 » ?

La stratégie nationale « aires protégées 2030 » (SNAP), présentée le 11 janvier 2021 par le Président de la République, vise à protéger 30% du territoire national et des espaces maritimes sous juridiction, dont un tiers "sous protection forte".

Cette stratégie comprend 18 mesures. La plus emblématique est celle relative au renforcement de la protection, de la cohérence et de la connectivité du réseau d'aires protégées (mesure 3).

1– Qu’est ce qu’une aire protégée ?

Une aire protégée est un espace géographique clairement défini, reconnu, consacré et géré, par tout moyen efficace, juridique ou autre, afin d’assurer à long terme la conservation de la nature ainsi que les services écosystémiques et les valeurs culturelles qui lui sont associées.

Les différents outils de protection :

Aires protégées : Parc Naturel Régional, Parc Naturel Marin, réseau Natura 2000, …

Protections fortes : Parc Naturel National, Réserves Naturelles (Nationale et Régionales), Arrêtés préfectoraux de protection, Réserves Biologiques (en forêt publique), réserves nationales de chasse et de faune sauvage.

Autres outils de protection : maîtrise foncière par les Conservatoires (Conservatoire d’Espaces Naturels et Conservatoire du Littoral), politique Espaces Naturels Sensibles des Conseils départementaux, Sites classés...

2-La stratégie nationale des aires protégées (SNAP) en région

La Nouvelle-Aquitaine se caractérise par un taux relativement satisfaisant d’aires protégées (environ 23%) avec la perspective positive liée à l’émergence en cours de plusieurs Parcs Naturels Régionaux. Par contre, comme sur de nombreux territoires de la moitié ouest de la France, le taux de protection forte est particulièrement faible avec 0,5 % du territoire régional.

L’ambition de la SNAP se traduit par des plans d’actions territoriaux (PAT) triennaux.

Les PAT sont élaborés à l’échelle régionale pour le milieu terrestre, et au niveau des façades pour le milieu marin. Pour le milieu terrestre, l’élaboration des PAT relève du pilotage des préfets de région, en lien avec les présidents de région à partir d’enjeux locaux et de mesures identifiées à l’échelle départementale, au sein de comités départementaux « aires protégées » (CDAP) présidés par les préfets de département.

En cela, le premier PAT se veut ambitieux, avec une mobilisation réelle des acteurs du territoire sur le sujet des protections fortes.

L’objectif poursuivi à travers l’élaboration du plan d’action territorial 2022-2024 est de faire émerger :

  • des projets de création / extension d’aires protégées, quelles qu’elles soient,
  • des demandes de reconnaissance en tant que protections fortes d’aires protégées déjà existantes conformément au décret n° 2022-527 du 12 avril 2022 ( voir le décret protection forte),
  • des initiatives et projets visant à l’amélioration de la gestion d’aires protégées existantes.

Pour en savoir plus, consultez :

3Les aires protégées dans la Vienne

Actuellement les aires protégées représentent 66 305ha dans le département de la Vienne soit 9,49% du territoire départemental dont 700ha de protection forte soit 0,10 % du territoire départemental.

4- la déclinaison locale

Les comités départementaux des aires protégées (CDAP) regroupent l’ensemble des parties prenantes à la politique environnementale :

  • élus : représentants du Conseil régional, du Conseil départemental, des PNR, des collectivités et groupements de collectivité compétents en matière d’aménagement du territoire (ScoT notamment), de GEMAPI et opérateurs pour l’animation de sites Natura 2000, de l’ARB ;
  • organismes socio-professionnels : représentants des chambres consulaires, des propriétaires (syndicats…), d’usagers de la nature, de gestionnaires et d’experts ;
  • représentants d’associations, d’organismes et de fondations œuvrant pour la préservation de la biodiversité (art. L. 141-3 CE) et de gestionnaires d’espaces naturels, notamment de sites Natura 2000 ;
  • représentants de l’État et de ses établissements publics.

Aussi, à la suite des 1er comités départementaux aires protégés qui se sont tenus en Nouvelle-Aquitaine jusqu’en février 2022 (le 8 février 2022 pour la Vienne), les préfets ont lancé à l’échelle de leur territoire un appel à contributions auprès des acteurs locaux : collectivités, associations, propriétaires d’aires protégées ou d’espaces naturels, gestionnaires d’aires protégées ou d’espaces naturels… Ces contributions ont alimenté en priorité le premier Plan d’Actions Territorial 2022-2024.

L'analyse des contributions a été présentée, à l'échelle départementale, au CDAP de la Vienne qui s’est réuni pour la seconde fois le 29 septembre 2022.

Pour le département de la Vienne, les projets de création d’aires protégées fortes retenus par le Préfet de la Vienne pour une inscription dans le cadre du PAT 2022-2024 sont :

- la Réserve Naturelle Nationale du Haut Poitou (RNNHP). Cette réserve, répartie sur 15 sites entre la Vienne et les Deux-sèvres, a pour objet de protéger et valoriser l’histoire géologique du Haut-Poitou. Pour en savoir plus rendez-vous sur la page de la RNNHP.

- la Réserve Biologique Dirigée du Pinail. Projet porté par l’Office national des Forêts (ONF), il vient en continuité de la Réserve Naturelle Nationale du Pinail. Ce projet d’environ 350 ha inclurait une partie de la zone Natura 2000 des Landes du Pinail et de la Forêt de Moulière. Cette réserve biologique est dite « dirigée » car elle nécessitera une gestion active des milieux afin de retrouver et conserver les espaces de brandes et de mares propices à la biodiversité.

- les Arrêtés Préfectoraux de Protection de Biotope de cavités à chiroptères. Aujourd’hui 3 sites prioritaires sont identifiés du fait de la caractéristique et des effectifs des espèces :

  • Aven de Mazaire (commune de Saint-Pierre-de-Maillé) : 7,1 ha,
  • la grotte de Boisdichon (commune d’Angles-sur-l’Anglin) : 0,2 ha,
  • la carrière des Sablons (commune de Migné-Auxances) : 4 ha.

- la Liste départementale géologique : cette liste a pour objet de répertorier les sites d’intérêt géologique, et de définir les critères de protection et les usages sur ces sites via des arrêtés préfectoraux de protection de géotope (APPG). Les sites de la Vienne identifiés à ce jour sont :

  • La résurgence et perte de la Font Serin à Lussac-les-Châteaux,
  • Les calcaires du jurassique moyen des Treilles à Pouançay,
  • Les calcaires du jurassique moyen de la Grève à Saint-Laon,
  • La série jurassique e la Vallée de la Gartempe à Saulgé.

Ces projets sont inscrits à l’annexe 1 du premier Plan d’Actions Territorial Nouvelle-Aquitaine 2022/2024 approuvé et transmis au Ministre par le préfet de région le 16 mars 2023. Les procédures de création de ces aires protégées, incluant une phase de concertation avec les acteurs locaux et le public, devront être lancées majoritairement en 2023.

Pour en savoir plus, consultez :